Capital – 18.12.2019.

Interrogé par Grégory Raymond pour Capital, William O’Rorke a mis en avant les risques juridiques pesant sur ce projet d’offre au public de cryptomnnaies (Initial Coin Offering) : 

« Quand Dieudonné déclare que les acquéreurs vont pouvoir réaliser une plus-value de 100% en moins d’un an, sans recours au conditionnel ni nuances, on peut penser qu’il fait une promesse de rendement » [ce qui] pourrait permettre de requalifier cette vente en une opération d’intermédiation en biens divers.

« Les sanctions sont lourdes : jusqu’à 5 ans de prison et 18.000 euros au pénal. Une amende en fonction des gains réalisés est également à prévoir. C’est l’arme utilisée par l’AMF pour lutter contre les faux vendeurs de bitcoins en ligne ».

 

À lire

Sestrel : Dieudonné lance une nouvelle cryptomonnaie aux forts accents complotistes